Crédit, déduction et réduction d’impôt : gare aux confusions !

Entre les déductions d’impôt, les réductions d’impôt et les crédits d’impôt, la confusion peut être vite faite. Ces mécanismes fiscaux sont pourtant loin d’avoir les mêmes conséquences pour le contribuable.

Qu’est ce qu’une déduction d’impôt ?

C’est une somme que vous déduisez de vos revenus. De ce fait, elle n’est pas prise en compte dans le calcul de votre impôt. Certaines déductions sont appliquées par défaut, sauf avis contraire du contribuable, comme la déduction pour frais professionnels de 10 % accordée aux salariés. D’autres sont liées à une situation particulière, comme les déductions accordées au titre des pensions alimentaires, ou des frais d’accueil à domicile des personnes âgées de plus de 75 ans.

 

Quelle est la différence avec une réduction d’impôt ?

Alors que la déduction d’impôt vous permet de réduire votre revenu imposable, la réduction d’impôt est soustraite du montant de l’impôt que vous devez au fisc. À titre d’exemple, si le montant initial de votre impôt est de 2 000 €, et que vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 500 €, vous ne serez plus redevable que de 1 500 € d’impôt. Il existe plusieurs cas de figure ouvrant droit à une réduction d’impôt : les dons aux organismes d’aide aux personnes en difficulté, les prestations compensatoires versées lors d’un divorce, certains investissements locatifs, etc.

 

En quoi consiste un crédit d’impôt ?

Le crédit d’impôt fonctionne sur le même principe que la réduction d’impôt, mais avec une différence de taille. En effet, lorsque la réduction d’impôt est supérieure au montant de l’impôt, il ne peut y avoir de remboursement, ni de report de cette différence sur l’impôt dû au titre des années suivantes. Le montant de l’impôt dû est donc ramené à 0 . Avec le crédit d’impôt en revanche, lorsque ce dernier est supérieur au montant de l’impôt, le surplus (ou la totalité si l’on n’est pas imposable) donne lieu à remboursement par le Trésor public. De nombreuses dépenses ouvrent droit au crédit d’impôt, dont les frais de garde des jeunes enfants, l’emploi d’un salarié à domicile (sous conditions), ou encore les cotisations syndicales.

 

Pourquoi est-il important de bien distinguer ces différents mécanismes ?

Parce que leur incidence sur la facture d’impôt finale n’est pas du tout la même. Ainsi, un ménage non imposable n’aura aucun intérêt, fiscalement parlant, à mobiliser un dispositif lui ouvrant droit à une réduction d’impôt. Quoi qu’il fasse, son impôt sera nul. En revanche, un crédit d’impôt lui permettra de recevoir, en retour, un chèque du Trésor public. D’où l’intérêt de bien maîtriser ces différences, afin de tirer le meilleur profit de ces mécanismes.

Likez ou partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

18 − dix-sept =